Wifi non fonctionnel suite à la mise à jour Windows 10 1703

Ce jour, ma tendre épouse a eu la surprise de voir son PC être mis à jour automatiquement en Windows 10 1703.

Comme un très grand nombre de personnes sur les forums, plus de Wifi… Après quelques essais de déconnexion/reconnexion/reboot, toujours rien. Les conseils sur les forums étaient de redescendre en 1609, pas vraiment satisfaisant…

A force de bidouiller, j’ai réussi à faire retomber la carte wifi en marche, de manière très simple en fait.

Aller dans le gestionnaire de périphériques (bouton droit sur l’îcône Windows > Gestionnaire de périphériques), déplier les cartes réseau. Repérer la carte Wifi, bouton droit dessus > Désinstaller le matériel. Après la disparition de la carte dans la liste, bouton droit sur la racine du PC en haut de liste > détecter le nouveau matériel. Il redétecte la carte, la réinstalle, et … bin, chez moi, ça a fonctionné. Des screenshots dès que je suis motivé.

Aucune promesse que cela fonctionne pour tout le monde, mais bon, si ça fonctionne pour quelques uns, et vu la simplicité de la manipulation, bien plus que d’un downgrade en 1609, qui de toute façon n’est pas une solution pérenne…

Bon courage !

Réduite la taille des VSS (WindowsImageBackup)

Si vous avez une partition saturée par un VSS ( répertoire WindowsImageBackup), sachez qu’il est possible de limiter la taille de se répertoire. Pour ce faire, passer la commande suivante en administrateur :

vssadmin resize shadowstorage /on=c: /for=c: /maxsize=3gb

Paramètres à adapter à votre situation, bien évidemment…

Windows Update Pas

Qui n’a jamais rencontré une erreur lors d’un Windows Update ?

La première chose à faire est bien sûr de réessayer. De vérifier qu’on a bien accès à internet, que la date et l’heure du système sont correctes, qu’on a un peu de place sur C:\…

Et ensuite ?

Le plus simple et rapide est de purger le cache Windows Update. Pour ce faire, rien de plus simple :

  1. arrêter le service « Windows Update » (ou « Mises à jour Windows » sous Win 2003 et précédents)
  2. se rendre dans le répertoire C:\Windows\SoftwareDistribution\DataStore et supprimer le DataStore.edb (et éventuellement les logs, ça ne mange pas de pain)
  3. démarrer le service « Windows Update » (ou « Mises à jour Windows » sous Win 2003 et précédents)

Dans la très grande majorité des cas, ça résout le souci…

Accessoirement, et en bonus, vous pouvez vider le répertoire C:\Windows\SoftwareDistribution\Download ; il s’agit des téléchargements effectués pour faire les mises à jour, et ce sont en fait juste des caches. A supprimer. Ça fait un peu de place 😉

Dates de fin de support Microsoft

Je ne m’en souviens jamais, et j’en ai marre de rechercher à chaque fois sur le site de Microsoft. Adonc, je vais compiler ici les dates de fin de support des produits Microsoft.

  • OS Clients
    • Windows XP
      • fin de support inital : 14/04/2009
      • fin de support étendu : 08/04/2014 (Embedded : 12/01/2016)
    • Windows Seven
      • fin de support inital : 13/01/2015
      • fin de support étendu : 14/01/2020
    • Windows 8 et 8.1
      • fin de support inital : 09/01/2018
      • fin de support étendu : 10/01/2023
    • Windows 10
      • fin de support inital : 13/10/2020
      • fin de support étendu : 14/10/2025
  • OS Serveurs
    • Windows 2000
      • fin de support inital : 30/06/2005
      • fin de support étendu : 13/07/2010
    • Windows 2003 et 2003 R2
      • fin de support inital : 13/07/2010
      • fin de support étendu : 14/07/2015
    • Windows 2008 et 2008 R2
      • fin de support inital : 13/01/2015
      • fin de support étendu : 14/01/2020
    • Windows 2012 et 2012 R2
      • fin de support inital : 09/01/2018
      • fin de support étendu : 10/01/2023
    • Windows 2016
      • fin de support inital : 11/01/2022
      • fin de support étendu : 11/01/2027
  • SGBD
    • SQL Server 2000
      • fin de support inital : 08/04/2008
      • fin de support étendu : 09/04/2013
    • SQL Server 2005
      • fin de support inital : 12/04/2011
      • fin de support étendu : 12/04/2016
    • SQL Server 2008 et 2008 R2
      • fin de support inital : 08/07/2014
      • fin de support étendu : 09/07/2019
    • SQL Server 2012
      • fin de support inital : 11/07/2017
      • fin de support étendu : 12/07/2022
    • SQL Server 2014
      • fin de support inital : 09/07/2019
      • fin de support étendu : 09/07/2024
    • SQL Server 2016
      • fin de support inital : 13/07/2021
      • fin de support étendu : 14/07/2026

 

Où diable configure-t’on le serveur de licences dans RDS 2012 ?

J’ai dernièrement eu besoin d’installer des serveurs RDS 2012 (pour mettre du Citrix, à la base, en fait). J’ai eu bien du mal à trouver où configurer le serveur de licences RDS…

Il faut aller dans le gestionnaire de serveur, et, depuis le tableau de bord, sélectionner à gauche « Services bureau à distance ». Sur la « vue d’ensemble du déploiement » (décidément, quel joli nom), dérouler le menu tâches, puis cliquer sur « modifier les propriétés du déploiement » (ça tombe sous le sens, non ?).

licences

A gauche, sélectionner « Gestionnaire de licences ». Et voilà, c’est ici qu’on fait tout ça !

vi, putty, et le pavé numérique

Non, ce n’est pas le titre d’un roman d’aventure. C’est juste qu’à chaque fois je m’embête à ne pas pouvoir utiliser le pavé numérique sous vi quand je suis connecté en ssh via putty. Et c’est dommage, puisqu’il existe une solution toute simple.

Aller dans la configuration de putty, Terminal>Features, et cocher la case « Disable application keypad mode » (la 2ème à partir du haut). Puis, Terminal>Keyboard, et dans la section « The Function keys and keypad », cocher l’option « Linux ».

Parallèlement, vous pouvez en profiter pour changer la section « The backspace key », et modifier le « Control-? (127) » en « Control-H ». Si vous avez des systèmes Unix, c’est même mieux 🙂

Dans « Window », vous pouvez aussi personnaliser les paramètres de fenêtre : spécifier une taille par défaut différente, ou modifier le nombre de lignes de scrollback (historique).

Pour enregistre ces paramètres comme étant ceux par défaut, il faut retourner sur « Session », et les enregistrer dans « Default Settings » (en cliquant sur save).

Le dernier des Windows

C’est dit, Windows 10 sera le dernier des Windows. Cela ne signifie pas que Microsoft abandonne le marché des systèmes d’exploitation, mais que désormais, plutôt que de faire un nouvel OS tous les 3 ans, les évolutions se feront au fur et à mesure, et que les utilisateurs seront libres de les installer (ou pas) quand ça leur chante… C’est du moins ce qu’a affirmé Jerry Nixon, Lead Developer chez Microsoft, lors de la conférence Ignite 2015 à Chicago.

Cela conforte la logique actuelle du géant de Redmond, à savoir vendre de l’abonnement plutôt que des licences définitives, et cela met fin à la course aux nouveaux OS, qui nous obligeait à gérer les montées de version majeures… par contre, il y aura toujours des mises à jour, des correctifs… on n’y coupera pas ! Le mode SAS est de plus en plus à la mode, et après la famille Office 365, il semble logique d’étendre ce mode commercial aux OS.

Au vu des previews de Windows 10, de toute façon, on n’y perd pas au change, par rapport à Windows 2012 ! Tiens, d’ailleurs, la RTM de Windows 10 vient de sortir. La version définitive de l’OS pourrait arriver sur les rayonnages pour septembre…

Analyse des logs

Quand le reboot n’a rien résolu, il est toujours temps d’analyser les logs…

Mais, au fait, on fait comment ?

Le principe de base, c’est de chercher l’erreur, dans les logs. Trouver les logs de l’application, chercher le terme « error » (en général, ça marche plutôt bien), et lire le message d’erreur (in English, of course).

De deux choses l’une. Soit le message est clair, style « connection to database failed », et vous avez une assez bonne idée de ce qui se passe.

Si vous avez moins de chance, et que vous avez par exemple une jolie stack d’erreur Java, le plus simple est… Google.

Quelque soit votre problème, il y a forcément quelqu’un qui a eu (ou aura), un jour, le même. Un copier/coller du message d’erreur (ou du code d’erreur) dans Google donne de manière générale de très bons résultats. Les sites du style stackoverflow et autres experts exchange sont des mines d’or. Enfin, de problèmes, et il s’y trouve certainement un topic traitant de votre problème.

Et si jamais ce n’est pas le cas, et que vous trouvez la solution…

Pensez à partager 😉